Le matériel AUDIOTEC était produit « sans compromissions commerciales », un appareil bien conçu permet de s’affranchir de nombre de gadgets loufoques et parfois très chères.

  • les connectiques.

Elles sont situées sous l’appareil car soudées directement sur le circuit imprimé. Cela permet d’améliorer la connexion en diminuant l’influence du câble de modulation.
Autre point, elles sont au format mini TRS, format choisi en raison de la très mauvaise qualité des cinch de l'époque.

  • le design.

Ce sont souvent ceux qui prônent l’absence de compromis sur leurs installations HiFi qui vont en faire en préférant la façade alu ou verre et les VU-mètres que la construction interne parfaite. Un appareil Audiotec est conçu en respectant le trajet du signal le plus court, les boutons de façade sur le préampli suivent le signal de telle sorte que ce dernier ne revient JAMAIS sur ses pas.

  • les transformateurs.

AUDIOTEC utilisait des transformateurs double-C qu’ils bobinaient pour les amplificateurs avec deux enroulements spécifiques mono. Le double-C bien plus onéreux que le torique, le R ou le traditionnel EI est celui qui offre la meilleure dynamique.

  • les composants.

Ils sont surélevés du circuit de façon à être moins influencés par la chaleur du fer à souder et a permettre une meilleur ventilation de ceux-ci.

  • les commandes spéciales.

Il est impossible de faire la liste de tous les produits qui sont sortis des ateliers Audiotec. La marque a toujours eu un catalogue mais elle faisait aussi beaucoup de "sur mesure". Les clients venaient pour passer une commande et devait attendre plusieurs mois avant de repartir avec le produit même si celui-ci était dans le catalogue donc la commande spéciale était une façon de mettre à profit ce temps pour obtenir un élément de reproduction sonore parfaitement adapté à ses besoins.

///
(enceintes Audiotec du Studio 104 / Ensemble E65 Audiotecnic d'Igor Kirkwood modifié avec 6 boomer supplémentaires par enceinte)

  • le traitement des haut-parleurs.

Les haut-parleurs Audiotec sont tous traités. Cette méthode qui permet de lisser la courbe de fréquence et de diminuer la distorsion est longue à réaliser et doit être contrôlée en laboratoire. Certains haut-parleurs (le grave dans l'E65N par exemple) étaient des commandes spéciales, il est donc impossible de les remplacer.

  • l'absorbant.

L'absorbant utilisé dans toute les enceintes Audiotec(nic) est du Kapok. Le Kapok est une fibre végétale, très connue chez les tapissiers / restaurateurs de meubles anciens. On l'utilise habituellement en remplissage de coussins.

  • la structure en sandwich.

Les recherches afin de controler les résonnances dans les caisses des enceintes ne datent pas d'hier. Dès les années 60, la firme Audiotec utilisait des procédés d'assemblage en sandwich avec des matériaux de densités et d'épaisseurs différentes. Le MDF/HDF des enceintes récentes ne permet pas de contrôler ces résonnances, de telles structures sont toujours utilisées dans le haut-de-gamme.


(Les différentes densités et épaisseurs dans l'enceinte E65N)

  • les mesures.

Tous les amplificateurs et préamplificateurs Audiotec étaient livrés avec fiche de mesure et 4 courbes relevées au traceur automatique Bruel & Kjaer (Réponse globale, contrôle de tonalité, égalisation RIAA et spectrogramme de bruit de fond).


(photo : le laboratoire Audiotec en 1972, Mr Vaissaire en premier plan)

  • Le prix des appareils.
En 1966, un ampli à lampes Audiotecnic mono A540 de 40 W était vendu 1450 FF TTC, pour info, un McIntosh MC75 mono de 75 W était vendu 1990 FF TTC pour une puissance presque deux fois supérieure, un Marantz 8B stéréophonique de 35 W était vendu 1990 FF TTC aussi, les amplificateurs AUDIOTECNIC étaient considérés à l'époque comme aussi bon voir meilleur que la référence de la production Américaine. Ils valaient à performances égales un peu plus chères.

L'arrivé du transistor a permis à AUDIOTEC de baisser considérablement les prix de revient et donc de vente. Tandis que les prix baissaient et les performances n'en finissaient pas de dépasser de nouveaux records, les autres marques de Haute-Fidélité comme McIntosh ou Marantz ont préféré garder des prix élevés pour garder la clientèle très fortunée des années 60 pour entretenir ce que les journalistes HiFi de l'époque appelaient "le mythe des prix élevés".

Ce snobisme des prix élevés qui fonctionne encore parfaitement bien maintenant aura finalement eu raison de la marque en raison de son positionnement excentré : pas assez chère pour les snobs et trop chère pour monsieur-tout-le-monde.

  • le mélomane exigeant.

Le matériel Audiotec était fabriqué en dehors de toute contrainte commerciale, il était destiné à un public de connaisseur, le mélomane exigeant. La firme avait acquis au fil des années, la réputation solide et hautement justifiée de l'un des fabricants les plus exigeants et les plus scrupuleux dans le domaine de la Haute Fidélité.


(photo : Ensemble E65N Audiotec au studio Charcot à Paris)

  • la petite production.

Il est difficile de déterminer combien d’enceintes ou combien d’amplis ont été fabriquées. Une pub Audiotec indique que le best-seller est sans nul doute la B65N, suivie de près par l’E75 (1000 exemplaires en 2 ans). 500 exemplaires par an représente le summum de la production des enceintes Audiotec, à l’époque où l’entreprise marchait à plein (1974-1977). Si les enceintes de moyenne gamme étaient très vendus, les électroniques et les haut-de-gamme l’étaient beaucoup moins.

  • Une marque destinée aux professionnels.

Audiotec fournissait beaucoup de professionnels, voici une liste non exhaustive des clients de la marque :
- Laboratoire National d'Essais
- O.R.T.F.
- Centre National de la Recherche Scientifique (C.N.R.S.)
- Office National d'Etudes et de Réalisations Aérospatiales (O.N.E.R.A.)
- Ministère des P. et T.
- C.E.A. Pierrelatte
- Centre National d'Art et de Culture Georges Pompidou
- Société Nationale d'Etude et de Construction de Moteurs d'Avioin (S.N.E.C.M.A.)
- CIT ALCATEL
- Bureau Sécuritas
- Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale
- Kodak Pathé
- Compagnie des Compteurs (C.D.C.)
- Compagnie Générale d'Electricité (C.G.E.)
- Compagnie Générale de Télégraphie sans Fil (C.S.F.)

- Studios d'Enregistrement ARFONIC
- Studio la Clé d'Ut
- Studio Technique Cinéma et Télévision
- Studios d'Enregistrement SONOGRAV
- Studios PARIS-TELEVISION
- A.A.C.C.E.A. (SACLAY)

Disques :
- Valois
- Polydor
- Deutsche Grammophon Gesellschaft
- Chant du Monde